Peu ragoûtant avec leurs airs un peu gluants, les Lombrics représentent la première biomasse animale terrestre. 

Nuit et jour ils travaillent sans relâche à brasser, retourner, fertiliser et labourer notre terre nourricière.

La taille des vers de terre peut varier entre 2 cm et 45 cm de long et leur durée de vie s’étend d’1 à 8 années. À noter : un ver de terre coupé en deux ne donne pas deux vers de terre ! 

La partie tête peut éventuellement repousser mais la partie queue meurt.

Les vers de terre ou les « lombriciens » représentent 7 000 espèces dont environ 400 en FRANCE. 

Ils rendent, eux aussi, dans l’intimité des sols, d’ inestimables services à la Terre. Et cela au sens propre du terme.

On distingue trois catégories de vers de terre :

  • Les anéciques vivent sous terre mais remontent à la surface par des galeries verticales pour se nourrir. Ils sont d’une couleur rouge à brun, comme le lombric. Ce sont les vers les plus connus car on les trouve régulièrement lorsque l’on travaille la terre. Plus leur nombre est élevé meilleure est la qualité de votre sol.

Leur couleur est rose à brun clair et ils creusent, quant à eux, des galeries verticales qui relient la surface du sol à la terre de profondeur. Ils se nourrissent de matières organiques qu’ils collectent à la surface durant la nuit puis redescendent dans leur terrier le jour en entraînant avec eux des matières qui enrichiront le sol. Ils déposent également durant la nuit leurs excréments appelés turricules.

Un nombre important des turricules sera le signe d’un sol riche en lombrics anéciques.

En Europe, ils représentent 80% des Lombrics mais se reproduisent beaucoup plus lentement que le premier. 

Au mieux, chaque individu fera une dizaine de cocons par an.

Les anéciques
  • Les endogés, pâles et transparents, vivent sous terre uniquement et creusent des galeries horizontales et superficielles. Ils sont les seuls à ingérer la terre, comme l’allolobophora caliginosa. On les reconnaît facilement à leur faible pigmentation, rose très pâle à gris clair. 

Ces vers vivent en permanence dans le sol et il est bien souvent impossible de les rencontrer à la surface. Ils se nourrissent de la matière organique déjà incorporée au sol et construisent de nombreuses galeries horizontales. Celles-ci permettent à l’eau de bien s’infiltrer dans le sol mais aussi de donner une bonne structure grumeleuse à ce dernier.

Les andogés
  • Les épigés, ou vers de surface sont principalement des recycleurs de matière végétale morte, comme les cloportes ou les acariens. Ce sont les même que l’on retrouve dans le vermicompostage. Ils sont de couleur rougeâtre, comme le ver du compost.

Parfois appelés vers de compost, on les reconnaît facilement à leurs anneaux très distincts et leur couleur rougeâtre. Ils sont fins et petits, vivent en surfaces dans les premiers centimètres du sol mais surtout en forêt, dans la litière, dans les excréments d’herbivores ou bien dans les tas de déchets organiques. Comme ils ne sont pas en profondeur, ils sont victimes d’une forte prédation par les mammifères ou les oiseaux, c’est pour cette raison que leur taux de reproduction est très élevé (jusqu’à une centaine de cocons par adulte et par an).

Ils ne creusent pas forcément de galeries mais se nourrissent abondamment des matières organiques grossières afin de les fractionner en plus d’une légère consommation de matières minérales.

À savoir : pour les personnes adeptes du lombricompostage, ce sont les vers épigés que vous devrez utiliser.

Les épigés

On connaît bien, aujourd’hui, l’importance essentielle à la vie du rôle des insectes pollinisateurs. On sait peu que Charles DARWIN a décrit l’activité des vers de terre dans nos milieux. 

Son dernier livre, publié en 1881, juste avant son décès, est le premier à s’intéresser de près à ces petits animaux et à leur action sur le sol : en effet, les vers de terre jouent un rôle primordial pour la fertilité des sols et leur structure. 

Toutes espèces confondues, les vers de terre :

– Participent au recyclage des matières végétales mortes

– Facilitent le développement des racines en ameublissant la terre par les galeries

– Améliorent le drainage et l’aération des sols, toujours grâce aux galeries qu’ils creusent

– Équilibrent le pH des sols

– Concentrent les éléments nutritifs dont les plantes ont besoin

Pour aller dans le sens de Charles DARWIN et prendre soin des vers de terre dans le jardin, voici quelques conseils pour les protéger et s’assurer qu’ils restent bien dans vos sols :

  • Évitez de labourer le sol
  • Ne tassez pas trop votre terre et utilisez des planches de culture
  • Effectuez une bonne rotation des cultures pour diversifier les apports de cellulose qui sert de nourriture aux vers
  • Utilisez les turricules pour fertiliser vos sols et réduisez ainsi l’usage de fertilisants chimiques

« Le plaisir que l’on ressent lorsqu’on est assis sur un tronc en décomposition au milieu de la tranquille obscurité de la forêt est indicible et ne peut pas s’oublier. »

Charles DARWIN …

Group of earthworms in hands

Laisser un commentaire